marchés publicsComment une collectivité peut-elle intégrer le bois bocager dans le cadre d'un marché public de fourniture de bois énergie ?

La valorisation du bois déchiqueté issu de l'entretien du bocage peut apporter des externalités positives importantes pour un territoire rural. En effet, en donnant une valeur économique aux haies, une collectivité peut contribuer à maintenir :

  • des paysages qui font l'attrait touristique et la qualité de vie des territoires
  • des corridors biologiques essentiels pour une biodiversité plus riche
  • des ouvrages d'hydraulique douce lutant contre l'érosion et améliorant la qualité de l'eau
  • une activité économique non délocalisable associée à la filière bois-énergie

Mais pour atteindre ces objectifs, les collectivités doivent être partie prenante de la filière en intervenant sur plusieurs points.


Elles peuvent notamment proposer des débouchés à cette ressource en s'équipant de chaudières collectives au bois et éventuellement s'impliquer avec les agriculteurs dans une structure coopérative de gouvernance de la filière du type SCIC par exemple.
Pour permettre ce partenariat gagnant / gagnant entre collectivités et agriculteurs, un dialogue doit s'instaurer dès le début de l'initiative d'une chaufferie collective afin de prendre en compte les nombreuses spécificités du bois bocager et de laisser le temps aux acteurs de s'organiser pour produire et sécher la plaquette. Cette réflexion sur la ressource en amont permet également de choisir une chaudière adaptée aux contraintes techniques du bois bocager.
La dernière étape se situe dans la rédaction du cahier des charges de l'appel d'offres pour l'approvisionnement de la chaufferie. A ce niveau, de nombreux critères permettent de favoriser une offre locale, durable et à forte valeur ajoutée pour le territoire.
Le règlement de la consultation peut prendre en compte dans l'évaluation des offres les points suivants :

- Le prix
Si l'on s'en tient aux cours du bois énergie « départ plateforme », le bois bocager est la forme la plus chère de  plaquettes devant les connexes de scieries, les bois en fin de vie ou le bois forestier. Cependant, la plupart des projets de chaufferies collectives aidées doivent brûler un pourcentage imposé de bois entrant dans la catégorie "forestier ou bocager". Le bois bocager est donc principalement en concurrence avec le bois forestier. Le poids relatif que l'on attribue au prix dans la notation permettra ou non au bocager de rester dans la course.

- La traçabilité des lots de bois depuis le lieu de récolte jusqu'à la chaufferie.
En imposant une transparence sur les linéaires concernés, la collectivité s'assure que le bois ne sera pas importé et que la valeur créée restera sur le territoire.

- Le bilan carbone du transport au regard de la proximité de la ressource.
Un indice du type « volume transporté / km parcourus » entre le lieu de récolte et la plateforme ainsi qu'entre la plateforme et la chaufferie doit permettre de donner des points à une démarche en circuits courts dans l'évaluation des offres.

- Les caractéristiques techniques du combustible
Le bois bocager peut tout à fait répondre à des contraintes strictes sur les taux d'humidité (< 25 % par exemple) et le calibrage moyen du type G30 ou G50. En revanche, les critères ne doivent pas être trop stricts sur les proportions de particules fines (< 1 mm) qui sont de l'ordre de 2 % et de morceaux dépassant le calibre appelés « queues de déchiquetage » qui sont inévitables dans le bois de haies (Le passage à la calibreuse générerait des coûts de production prohibitifs face aux autres filières de production). De même pour le taux de cendre : la présence importante de branches fines et donc d'écorces induit un taux de cendre de l'ordre de 1,5 % supérieur à ce que l'on trouve dans des grumes forestières écorcées.

- Le mode de gestion
Les critères d'évaluation peuvent attribuer des points supplémentaires au bois issu de bocages gérés dans le cadre d'un plan de gestion bocager. De même pour les forêts, la certification PEFC peut être demandée.

- La rémunération équitable des différents intervenants de la filière

- Les contrôles qualité mis en œuvre par le fournisseur sur les taux d'humidité, granulométrie et taux de particules fines


Ainsi rédigé, le cahier des charges de la consultation donnera la possibilité de valoriser les ressources locales.