La BéthuneLe syndicat intercommunal du Bassin versant de la Béthune (SIBV de la Béthune) expérimente un partenariat avec une entreprise locale visant la valorisation du bois issu de l’entretien de la ripisylve (végétation des rives) et du rajeunissement des arbres têtards en bordure de la Béthune.

L’élaboration d’un programme pluriannuel de travaux rivière sur 5 ans a permis au SIBV de la Béthune de planifier des interventions d’entretien, d’aménagement et de restauration des berges de la Béthune amont (Gaillefontaine Neufchâtel-en-Bray). Déclarés d’intérêts généraux, ces travaux bénéficient de subventions publiques (80 %) et d’une participation supplémentaire du syndicat à hauteur de 10 % suivant la nature des travaux à mettre en place.

L'originalité du partenariat entre le SIBV de la Béthune et cette entreprise porte sur le déchiquetage du bois issu des travaux d’entretien (recépage, élagage, dédoublage, rajeunissement des têtards, abattage d’arbres morts, peupliers…

Pour des raisons pratiques d’organisation, les chantiers ont lieu, chaque année, par tronçons homogènes de l’amont vers l’aval. Les parcelles riveraines des cours d’eau appartenant à une même exploitation agricole peuvent varier de quelques dizaines de mètres à plusieurs kilomètres de longueur. Les opérations d’entretien consistent à réaliser sur chaque parcelle certaines interventions visant à améliorer « l’état général du cours d’eau » dans le but de lui redonner une fonctionnalité naturelle. Lors de certaines tranches de travaux de nettoyage (1 à 2 km de longueur), l’exploitant agricole se retrouve avec des volumes importants de bois (100 à 150 stères) difficilement valorisables en bois de chauffage pour l'autoconsommation ou la revente (aulne glutineux et saule blanc). C'est pour ces raisons que le SIBV de la Béthune fait appel à cette entreprise  pour déchiqueter le bois sur site afin de mieux le valoriser et de garantir aux propriétaires une petite plus-value.

Sur des gros volumes de bois, l’objectif est d’essayer de réaliser une opération blanche pour le propriétaire, c'est-à-dire d’arriver à couvrir le coût résiduel des travaux d’entretien déduction faite des subventions (20 % restants) avec la plus value apportée par la vente des plaquettes forestières.

De plus,  vu le nombre limité de chaudières à bois en fonctionnement dans la région (28 chaudières collectives et 60 chaudières individuelles), la vente de plaquettes forestières n’est pas toujours aisée pour les entreprises spécialisées dans le déchiquetage.

Le technicien rivière du SIBV de la Béthune intervient, quant à lui, sur la conception du programme de travaux, le suivi administratif et technique des chantiers comme le marquage des arbres à exploiter, à élaguer, à recéper ou à rajeunir en arbres têtards. En effet, il y a une nécessité de maintenir un filtre naturel entre la rivière et les parcelles riveraines des cours d'eau. Ce dernier peut assurer une protection supplémentaire des berges contre l'érosion naturelle du cours d’eau, la divagation ou le piétinement des bovins et de ce fait, il participe à la préservation de la biodiversité.

Contact : Anthony Mansouri (syndicat intercommunal du Bassin versant de la Béthune)

 

Copyright : SAMIGA 76 - Wikipédia